31 mai : Les techniques de datation et le point sur le projet Ren’Hov

Date de l'événement : 31 mai

Conférence animée par Norbert Mercier – directeur de recherches au CNRS – UMR5060CNRS Université de Bordeaux Montaigne

Le Proche-Orient, zone de contact et de passage entre l’Afrique et l’Europe, attise depuis quelques années un vif intérêt de la part des chercheurs du monde entier ; c’est là qu’ont été mis au jour les plus anciens fossiles d’Hommes anatomiquement modernes, dont les caractéristiques anatomiques oscillent entre modernité et archaïsme. Mais dans cette zone géographique, les chercheurs ont également retrouvé des restes de Néandertaliens, sur des sites stratigraphiquement semblables, qui plus est voisins des sites d’occupation sapiens.

Cependant, tous ces sites ayant été beaucoup perturbés par des phénomènes géologiques et naturels, la stratigraphie dans cette région n’est pas encore totalement définie, et les datations parfois incertaines. Grâce à de nouvelles méthodes de datation par thermoluminescence et par datation isotopique U-Th, le projet RenHov, dirigé par Norbert Mercier, chercheur à l’Institut de Recherche sur les Archéomatériaux de l’Université Bordeaux Montaigne, a pour objectif de proposer une vérification de ces datations, ce qui constitue un enjeu majeur dans l’interprétation de ces vestiges.